Aigues-Vives

Vive le Minervois

Site Internet du village d'Aigues-Vives Hérault

#Agenda
< Novembre 2017 :
LuMaMeJeVeSaDi
29300102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930010203
UContact

Mairie d'Aigues-Vives
1 place de la Mairie
34210 Aigues-Vives

JTél : 04 68 91 23 89

IFormulaire de contact

Plan Local d’Urbanisme : Diagnostic du Rapport de Présentation

Par une Délibération du Conseil Municipal en date du 9 juillet 2009, la commune d’Aigues-Vives a prescrit la mise en révision de son Plan d’Occupation des Sols (P.O.S.) et l’élaboration de son Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.).

Les objectifs retenus par la commune pour l’élaboration de son Plan local d’Urbanisme ont été définis par les responsables municipaux. Ainsi, la commune souhaite :

  • Assurer un développement urbain maîtrisé : cela passe nécessairement par la mise en place d’un véritable projet urbain pour la commune qui abordera les possibilités de renouvellement urbain et la délimitation de nouvelles zones d’extension urbaine en fonction de l’accroissement prévu de la population ;

  • Assurer un développement urbain équilibré en définissant l’étendue des zones constructibles, en prévoyant des tranches de développement aussi bien dans le temps que dans l’espace, mais également en tenant compte de l’ensemble des réseaux et des équipements ;

  • Assurer un développement respectueux de l’environnement en s’inscrivant dans une démarche de développement durable et en organisant un équilibre social de l’habitat. Le niveau de production des logements doit être en adéquation avec les objectifs de développement de la commune tout en préservant la qualité architecturale et l’environnement du village. Il est important de valoriser et de sauvegarder le patrimoine bâti et naturel d’Aigues-Vives, en essayant de renforcer le pôle de centralité et en améliorant les déplacements sur le territoire.



1. Socio-Économie : Les Perspectives d’Évolution Démographique sur la commune d’Aigues-Vives


Quelques données préalables :


  • Population en 2011 (Chiffres INSEE) : 438 habitants + 284 (dont 183 habitants en résidences secondaires et 68 habitants en gîtes et chambres d’hôte) = environ 722 habitants ;
  • Constatation d’un léger rajeunissement de la population. Ainsi, 66% de la population est âgée de moins de 60 ans et 46% a moins de 45 ans ;
  • Population estivale estimée à environ 284 personnes au maximum, soit tout de même 39% de la population totale. Le potentiel touristique de la commune est donc très fort ;
  • Le solde migratoire est constamment positif depuis 1975 et est assez élevé depuis 1999. Néanmoins, le solde naturel est quant à lui constamment négatif depuis 1968 et est essentiellement dû à un taux de mortalité important ;
  • Nombre de personnes par logement en 2011 : 2,1 habitants / logement.

Les Projections Démographiques sur Aigues-Vives :


  • Le taux de variation annuel sur lequel se base les projections démographiques est fixé à 2,5% ;
  • A l’horizon 2030, la commune devrait avoir une population totale autour de 1028 habitants (700 habitants permanents et 328 habitants estivaux)


2. Socio-Économie : Les Perspectives d’Évolution du Nombre de Logements sur la commune d’Aigues-Vives


Quelques données préalables :


  • Ensemble de logements en 2011 (chiffres INSEE) : 317 logements, dont :
    • 205 Résidences Principales ;
    • 98 Résidences Secondaires ;
    • 14 Logements Vacants.
  • 75% des logements sur Aigues-Vives possèdent plus de 4 pièces ;
  • Près de 63% des logements d’Aigues-Vives furent créés avant 1949, ce qui prouve que le renouvellement du parc de logement est relativement faible ;
  • 51% des ménages habitent le village depuis plus de dix ans (22% depuis plus de 30 ans) ;
  • On n'observe aucun logement sociaux ou HLM… Un effort en ce sens doit être effectué bien que la commune loue des appartements à des tarifs attractifs. En outre, il faudra augmenter le locatif sur la commune ;
  • Depuis l’an 2000, en moyenne 11 permis de construire ont été autorisés chaque année.

Les Besoins en Logement sur Aigues-Vives d’ici 2030 :


  • L’évolution envisagée s’appuie sur un taux d’occupation de 2,0 personnes par logement car la population est relativement âgée et qu’un phénomène de décohabitation est constatable ;
  • A l’horizon 2030, pour une augmentation de 253 habitants (gîtes et chambres d’hôtes déduits), il faudra construire 127 habitations. Pour cela la commune souhaite ouvrir 10,56 hectares (4.5 de dents creuses + 6,4 d’extension pure). Ce qui donnerait un rendement de 12 logements à l’hectare


3. Socio-Économie : Activités Économiques et Agriculture


Activités Economiques et Emploi :


  • 256 actifs (sur 438 habitants) en 2011 dont environ 154 ayant un emploi (65 sur la commune) ;
  • 12% de chômage en 2008, ce qui est un taux fort compte tenu du fait qu’il était de 6 % en 2008; il a donc doublé en 2 ans.
  • Bon nombre d’artisans, quelques professions libérales et quelques commerces et restauration sont présents sur le village (boulangerie, boucherie, alimentation, coiffeur, restaurants, auberges…). De plus, la commune finance des commerces afin de maintenir une offre suffisante sur le village qui est dès lors bien achalandé ;
  • Les commerces non présents directement sur le territoire communal existent à proximité ;
  • Besoin de maintenir et d’attirer des commerces et des services sur le village. La commune doit continuer les efforts effectués en ce sens.

Analyse Agricole :


  • Recensement ancien datant de 2000 : 32 exploitations en 2010 dont 21 professionnelles. En outre, 454 hectares étaient utilisés pour l’activité agricole ;
  • Forte présence de vignes classées en AOC Minervois ;
  • Les jardins de Cazelles sont aujourd’hui un témoignage historique qu’il convient de préserver et de valoriser ;
  • Le maintien des terres agricoles est essentiel et porteur d’avenir et il convient de les protéger. Il peut être intéressant d’envisager des alternatives à l’agriculture dans le cadre de projets de développement ruraux (centre équestre, photo-serre, tourisme vert…).


4. Fonctionnement général : Équipements et Transports


Equipements :


  • Existence des équipements de base sur la commune (école maternelle, cantine, La Poste, cabinet d’infirmières…). D’autres équipements verront le jour prochainement ;
  • Nécessaires déplacements pour les services de culture, d’actions sociales, pour les personnes âgées… Il est à noter qu’en matière de santé et d’action sociale un service minimum est assuré directement sur le village ;
  • Il est nécessaire pour la commune de maintenir ces services sur la commune tout en tenant compte de l’augmentation démographique envisagée pour 2030 ;

Transports et Déplacements :


  • Parc de stationnement suffisant dans le village ;
  • Existence d’axes de communication et de transports en commun évitant l’isolement du village. Les transports en commun sont toutefois très faibles et ne desservent essentiellement que Béziers. Un ramassage scolaire est tout de même effectué ;
  • Réflexion à mener afin d’anticiper l’augmentation à venir du trafic routier suite à l’augmentation démographique prévue d’ici 2030 ;
  • Améliorer la place du piéton est nécessaire pour garantir davantage de sécurité et adapter la voirie à tous (PMR) ;
  • Il convient de développer davantage encore des itinéraires doux (pistes cyclables, sentiers…) afin de limiter l’utilisation systématique de la voiture.


5. Analyse Urbaine


Quelques informations préalables :


  • Village historique où les premières constructions remontent au Vème siècle ;
  • Existence de vestiges et d’édifices architecturaux à forte valeur historique et à fort potentiel ;
  • Aigues-Vives distingue quatre ensembles à savoir :
  • le noyau ancien comprenant le centre médiéval ;
  • les extensions liées à l’essor économique du XIXème siècle ;
  • les extensions récentes sous forme de lotissements et d’habitats pavillonnaires ;
  • Les hameaux (Paguignan, Cazelles et Cailhol).

Des atouts, des faiblesses mais surtout des enjeux :


  • Habitations du centre ancien dans l’ensemble en bon état et rénovées. Le centre ancien et les extensions récentes sont parfois « déconnectés ». La trame viaire, les formes urbaines et la structure architecturale pourraient accorder l’ensemble. Ainsi, il convient de proposer des éléments d’architecture inspirés de l’existant pour les projets futurs . En outre, une couleur uniforme pour le mobilier urbain (dans le village et dans les hameaux) permettrait d’accroître la cohérence et l’appartenance à Aigues-Vives ;
  • Certaines habitations (et notamment les façades) sont vétustes et dégradées. Il convient de limiter ces « points noirs » afin de valoriser l’image du village ;
  • Enfin, il conviendrait d’envisager des modes de construction qui réduisent l’impact de l’urbanisation sur les milieux naturels et agricoles tout en présentant un intérêt paysager et architectural. La forme urbaine du village devra être conservée.


6. Patrimoine Naturel et Réglementation


Quelques informations préalables sur les Milieux Naturels :


  • Il existe une réelle diversité des formations floristiques et faunistiques (surtout avifaune et chiroptères) suite à la présence d’habitats importants. C’est essentiellement le secteur Nord de la commune qui présente des caractéristiques spécifiques et propices à une diversité conséquente. Il est nécessaire de conserver et de renforcer les corridors écologiques existants ;
  • Cette richesse floristique et faunistique fait face à bon nombre de menaces comme les plantes invasives, les destructions ou bien encore le dérangement ;
  • Il existe des ZNIEFF et des ZICO, des Sites NATURA 2000, preuve de la richesse écologique de la commune. Ces milieux sont fragiles et il convient pour la commune de préserver cette biodiversité tout en sensibilisant les habitants ;
  • Il y a également un réseau de milieux aquatiques propices aux flux faunistiques et qui offrent des perspectives paysagères intéressantes. Ces milieux, sensibles aux pollutions, devront être protégés en respectant les orientations du SDAGE et de la Loi sur l’Eau.

Les Réglementations s’appliquant sur ce Patrimoine Naturel :


  • Le PLU est soumis à Evaluation Environnementale suite à la présence de sites Natura 2000 sur le territoire communal. En effet, ce dernier recense divers sites appartenant au Réseau Natura 2000 dénotant une richesse écologique certaine. Il sera nécessaire pour tout projet de prendre en considération la préservation du milieu naturel et de ses richesses ;
  • La commune d’Aigues-Vives a demandé à intégrer le Parc Naturel Régional du Haut Languedoc. Il convient donc d’anticiper et de mettre le PLU en adéquation avec la Charte du PNR du Haut-Languedoc ;
  • S’appliquent sur le territoire communal de nombreuses protections au niveau des boisements (EBC, défrichements…) et tout projet futur devra respecter des autorisations de défrichement. En outre, il sera nécessaire de conserver ces EBC voire même en proposer d’autres ;


7. Le Patrimoine Culturel


L’existence d’un Patrimoine Archéologique communal très riche :


  • Sur Aigues-Vives, de très nombreux sites archéologiques ont été recensés. Ils peuvent dès lors freiner l’urbanisation sachant que tous les projets d’aménagement devront nécessairement respecter les mesures nécessaires à la préservation du patrimoine archéologique et historique.

Sur Aigues-Vives, il n’y a aucun site classé ni même aucun site inscrit :


  • Aucune contrainte, ni même aucun enjeu n’en découle.

Aucun Monument Historique n’est recensé sur le territoire communal :


  • Il n’y a pas de monument historique « immeuble » sur la commune. Néanmoins, la commune a mis en place une protection aux abords de la Chapelle de Paguignan de 50 mètres. La municipalité a aujourd’hui la volonté de réduire ce périmètre à 25 mètres ;
  • Il existe deux biens « meubles » classés au titre des Monuments Historiques, à savoir la cloche de l’Eglise et la Statue de la Vierge et l’Enfant. Il convient de ne pas détériorer ces éléments même si il n’y a aucune contrainte ou enjeu vis-à-vis de cette composante.


8. Les Risques et les Nuisances


Les Risques Naturels :


  • Existence de divers risques naturels tels que l’inondation, les feux de forêts, un risque sismique et les risques de mouvements de terrain (chutes de pierres, glissement de terrains, retrait/gonflement des argiles) ;
  • Il n’existe pas de PPRI qui permettrait de délimiter le risque inondation sur la commune. Néanmoins, une cartographie existe et démontre que ce risque inondation et relativement excentré du front bâti du village. Il faudra malgré tout prendre en compte ce risque dans tout projet d’urbanisation ;
  • Les réglementations en vigueur sont à respecter par le document d’urbanisme à savoir la réglementation sur le débroussaillement, adapter les constructions aux types de sol (pour le risque mouvement de terrain)… ;
  • L’urbanisation future de la commune ne devra pas accentuer les risques existants (imperméabilisation des sols limitée via des système de rétention des eaux pluviales…).

Les Risques Technologiques :


  • Existence de risques technologiques tels que ceux liés à la route, aux ICPE (la cave coopérative la Minervoise), ou bien encore aux lignes électriques. Cependant, il n’existe pas de PPR pour ces risques ;
  • L’urbanisation future de la commune devra nécessairement tenir compte de ces risques et respecter les réglementations en vigueur notamment à proximité de la cave coopérative ou des lignes électriques.

Les Nuisances pour la santé :


  • Sur Aigues-Vives, la qualité de l’air est correcte et toute activité nouvelle tendant à polluer devra faire l’objet de prescriptions et de surveillance ;
  • La commune présente un contexte sonore relativement calme, n’entraînant que très peu de nuisances pour les habitants et vacanciers sur le territoire communal. Néanmoins, toute construction bâtie à proximité d’activités bruyantes (comme la cave coopérative) devra respecter la réglementation relative à l’isolation acoustique.


9. Les Paysages et les Entrées de Ville


Les Paysages :


  • Petit village au sein d’un paysage typique du Minervois Héraultais ;
  • Existence d’une identité paysagère forte, autour de la ruralité, de la nature et du patrimoine. Les Gorges de la Cessière et du Brahunal présente une composante paysagère intéressante ;
  • Il y a une proximité directe et marquée du milieu naturel avec les zones bâties. En outre, les éléments patrimoniaux préservés sont très nombreux, bien que certains de ces éléments soient en mauvais état
  • Il faut conserver ce patrimoine typique et identitaire en proposant une urbanisation respectueuse des formes et de l’organisation du paysage actuel. Une attention devra être portée sur les plantes invasives et l’entretien des formations végétales.

Les Paysages Urbains :


  • Que ce soientt le village ou bien les hameaux, ils ont su conserver leurs silhouettes originelles. En outre, les hameaux présentent des potentialités certaines, nichés dans des écrins de verdure offrant un cadre de vie très recherché ;
  • Il existe de nombreux témoignages du passé viticole et agricole de la commune (jardins de Cazelles, murets, fontaines…) ;
  • Il demeure un manque de cohérence entre le mobilier urbain du village et celui des hameaux. Equiper ces derniers avec le même mobilier pourrait créer un véritable « sentiment d’appartenance » ;
  • Des perspectives intéressantes existent suite aux alignements d’arbres ou de façades. Cela devra être étendu aux nouveaux secteurs. La création de zones naturelles et agricoles « protégées » pourrait éviter d’altérer les perceptions existantes.

Les Entrées de Ville :


  • Il existe trois entrées de ville sur Aigues-Vives ainsi que les trois entrées des hameaux (une par hameau). Sur ce village typique du Minervois Héraultais, la verdure n’est jamais loin, les entrées de ville nous faisant passer par des vignes ou de la garrigue afin de rejoindre les petites unités villageoises. Néanmoins, il convient de les entretenir et de les valoriser.


10. Les Réseaux


L’Alimentation en Eau Potable :


  • La ressource en Eau est suffisante pour la population actuelle et pour la population future, aussi bien sur le village que sur les Hameaux. La communauté de communes recherche néanmoins d’autres ressources. A horizon 2025, en haute saison, le ratio sera de 170 litres/j/hab, ce qui correspond à 266 m3/jour. La ressource étant de 286 m3/jour, le village ne rencontrera pas de problème sur ce point ;
  • La capacité de stockage est suffisante pour assurer l’alimentation durant 24 heures, aussi bien sur le village que sur les hameaux grâce aux réservoirs existants ;
  • Les volumes consommés entre 2006 et 2009 ont baissé ;
  • La défense incendie devra être assurée sur le village mais aussi dans les futures zones ouvertes à l’urbanisation.

L’Assainissement :


  • La commune dispose d’une STEP construite en 1982 pour 500 Equivalent Habitants. Si la population sur le village venait à être plus nombreuse d’ici 2030, elle serait soit agrandie, soit reconstruite sur son emprise actuelle ;
  • Il est prévu de créer une STEP sur le hameau de Paguignan et les demandes de subvention sont en cours.

Les Eaux Pluviales :


  • Bien que la commune ne soit pas sujette au risque inondation compte tenu de sa position haute, l’urbanisation future ne devra pas accroître le ruissellement des eaux pluviales.